Insémination intra-utérine

La technique la plus naturelle pour les cas les moins complexes.

En quoi consiste-t-elle ?

L’insémination intra-utérine est l’un des traitements de reproduction assistée les moins complexes. C’est en effet la technique la plus proche de la fécondation naturelle. Elle consiste à préparer le sperme en laboratoire, puis à l’injecter dans l’utérus de la femme par le biais d’un cathéter. Pour augmenter les possibilités de succès elle est réalisée après une stimulation ovarienne de la patiente, tandis que les spermatozoïdes qui offrent le plus grand potentiel de reproduction sont sélectionnés en laboratoire.

L’insémination intra-utérine est une procédure indolore et bien moins invasive que d’autres techniques de reproduction assistée.

Il existe deux types de traitements, selon l’origine de l’échantillon de sperme :

  • IUI (insémination intra-utérine avec sperme du partenaire). L’échantillon séminal provient du partenaire de la patiente. Dans ce cas, la probabilité de grossesse est de 20 % environ.
  • IAD (insémination intra-utérine avec sperme d’un donneur). Le sperme provient d’une banque de gamètes. Le pourcentage de succès est de 25-30 % environ.

Pour qui est-elle indiquée ?

La IUI est recommandée dans les cas suivants :

  • Altérations légères ou modérées de la qualité des spermatozoïdes
  • Altérations de l’ovulation
  • Altérations du col de l’utérus de la femme
  • Difficulté ou impossibilité coïtale
  • Chez les jeunes couples qui présentent des causes de stérilité inconnues

La IAD est recommandée dans les cas suivants :

  • Altérations graves de la qualité des spermatozoïdes
  • Azoospermie (absence totale de spermatozoïdes)
  • Certains troubles génétiques de l’homme qui peuvent se transmettre à la progéniture et ne peuvent pas être évités par la sélection embryonnaire

In entrambi i casi, la raccomandazione dovrà essere fatta valutando la concomitanza o meno di altre cause di sterilità, o in base all’età della donna.

Stimulation ovarienne

Le traitement commence par la stimulation ovarienne de la femme. Des hormones par voie sous-cutanée sont utilisées, afin de stimuler la croissance des follicules (où les futurs ovules se développent). Cette phase dure de 10 à 12 jours environ, et son objectif est d’augmenter les possibilités de succès, car elle assure le développement correct et la maturation ovocytaire.

Surveillance du développement folliculaire

Durant le traitement de stimulation ovarienne, nous réaliserons des contrôles périodiques via des échographies vaginales et des analyses hormonales, afin de vérifier la maturation folliculaire et de programmer le moment adapté à l’insémination.

Préparation de l’échantillon séminal

L’échantillon de sperme doit être préparé afin d’obtenir une concentration optimale de spermatozoïdes mobiles ayant la capacité de féconder l’ovule.

L’échantillon de sperme est issu de l’homme, obtenu par une simple masturbation effectuée dans notre centre le jour même de l’insémination. Il est également possible d’utiliser un échantillon obtenu auparavant et cryo-conservé.

Si l’utilisation du sperme d’un donneur est recommandée, cet échantillon sera congelé et conservé dans notre banque de sperme. Dans les deux cas, nos biologistes le traiteront en laboratoire par un processus dit « capacitation des spermatozoïdes », afin de pouvoir sélectionner les spermatozoïdes qui présentent la meilleure mobilité.

Insémination

C’est le moment d’introduire l’échantillon de sperme sélectionné dans l’utérus de la femme. Le processus est réalisé dans le cabinet dédié, il est indolore et ne demande ni anesthésie, ni sédation. Le spécialiste utilisera un cathéter fin et flexible, car il s’agit d’une procédure très simple et rapide.

Après l’insémination, il faut attendre 15 jours environ, et cette période est dite « attente bêta ». Durant cette période, le spécialiste pourrait recommander l’administration de progestérone ou de tout autre médicament afin de favoriser la grossesse. Habituellement, il est recommandé de vivre normalement en limitant simplement les activités physiques très intensives.

Test de grossesse

Après l’« attente bêta » (de 14 à 15 jours après l’insémination), un test de grossesse sanguin sera effectué. Nous chercherons la présence de l’hormone β-hCG (gonadotrophine chorionique humaine), l’hormone qui indique la grossesse et n’est produite par l’embryon que lorsqu’il s’est implanté dans l’endomètre. Si le résultat bêta est positif, une échographie sera effectuée au cours des semaines suivantes, afin de confirmer la présence du « sac gestationnel » dans l’utérus et d’observer le battement du cœur du futur enfant.

avez-vous d'autres questions? Nous serons heureux de vous aider.

Contactez-nous et nous résoudrons tous vos doutes sur nos traitements, techniques et promotions.